Aperçu historique de la pathologie canine en France

par François VALLAT*

*Dr vétérinaire, Dr en Histoire, email. francoisvallat@hotmail.com

Ce sont avant tout les utilisations du chien qui ont fait évoluer la médecine canine. Après
avoir été pratiquement ignoré des auteurs antiques, le traitement des maladies se  développa du Moyen Âge au XVIIIe siècle au seul bénéfice des chiens de meute, pour se généraliser à celui des chiens de chasse et de concours au siècle suivant. Seule l’élévation du niveau de vie a permis une réelle médicalisation canine à compter des années 1960.
Suivant une progression identique à celle du cheval et des ruminants, l’expertise en médecine du chien, est passée du propriétaire au vétérinaire, mais avec un délai explicable : le chien ne répondait à aucun impératif vital, comme le transport ou la guerre, tandis qu’en agriculture, son rôle se cantonnait à la garde. S’il chassait, s’il tenait compagnie à ses maîtres, sa prolificité n’incitait guère à débourser pour prolonger sa brève existence. Aussi l’avènement tardif de sa médecine a-t-il suivi l’essor économique des Trente Glorieuses. La clinique féline et celle des « nouveaux animaux de compagnie » ont connu depuis ou connaissent encore une semblable évolution. L’histoire de la maladie de Carré est résumée en annexe.

Bull-soc-fr-hist-med-sci-vet-2013-08

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2013, Chiens et chats, Médecine, Moderne, Praticiens, Thérapeutique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire