La contention chez les auteurs antiques, Ier – IVe s. apr. J.-C.

François VALLAT

Dr vétérinaire, Dr en Histoire, email. francoisvallat@hotmail.com

L’examen des textes de Columelle (Ier s.) et des hippiatres de l’Empire romain tardif (IVe s.) donne les caractéristiques de la contention opératoire chez les grandes espèces domestiques. En raison de sa grande taille, le travail (machina) de Columelle ne pouvait être utilisé comme de nos jours, mais plutôt comme une cage où l’animal était attaché en position chirurgicale. En outre, un procédé original de fixation de la tête évoque le
cornadis autobloquant actuel. Le travail permettait aussi de suspendre (suspendere, statuere) les chevaux incapables de tenir debout, le temps de leur guérison. Une version rustique servait enfin de couloir de saillie. À la machina, installation fixe des grands domaines, les vétérinaires antiques préférèrent l’abattage (deponere, exponere, elidere), plus rapide à mettre en oeuvre, mais exigeant une véritable expertise. Dans ce contexte, l’usage de la fosse (fossa) est analysé.

Bull-soc-fr-hist-med-sci-vet-2014-01

Ref. : Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2014, 14 : 7-17

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2014, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire