La ferrure périplantaire, histoire d’une polémique

Par Christophe DEGUEURCE

Professeur à l’École nationale vétérinaire d’Alfort et conservateur du Musée Fragonard, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée, Université Paris-Est Créteil, École nationale vétérinaire d’Alfort, 7 avenue du général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort cedex, cdegueurce@vet-alfort.fr

C’est en 1865 que Pierre Charlier, vétérinaire de la Compagnie des petites Voitures, dévoila une ferrure qu’il pensait révolutionnaire. Cette ferrure était composée d’un jonc de fer incrusté dans le pourtour de la muraille qui limitait l’usure du sabot tandis que la sole et la fourchette entraient en contact avec le terrain et limitaient les glissades. Cette ferrure brevetée, qualifiée de périplantaire, en remettant en cause les principes de la ferrure à la française, menaçait les ateliers parisiens tenus notamment par des vétérinaires en vue, si bien qu’elle déchaîna une polémique d’une rare violence qui connut son apogée l’année suivante.

Bull-soc-fr-hist-med-sci-vet-2014-03

Ref. : Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2014, 14 : 35-47

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2014, Cheval, Maréchalerie, Moderne, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire