Le laboratoire militaire de recherche vétérinaire, de sa création en 1919 à l’armistice de 1940

Thierry BORREL*
Emmanuel DUMAS**

*Professeur agrégé de Biochimie Génie-Biologique, docteur en Histoire des Sciences, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, IUT Campus de la Doua, département Génie Biologique, 72-74 Bd Niels Bohr, et laboratoire S2HEP, La Pagode, 38 Bd Niels Bohr, 69622 Villeurbanne cedex.
thierry.borrel@univ-lyon1.fr

**Vétérinaire en chef, Bureau « Activités vétérinaires », Direction centrale du Service de santé des armées, 60 Bd du général Martial Valin CS 21623 75509 Paris CEDEX 15 .
emmanuel.dumas@sfr.fr

Cet article présente la création, la vie et l’œuvre du Laboratoire militaire de recherches vétérinaires (LMRV), de sa fondation en 1919, jusqu’à la fin de la guerre de 1940. Ce micro-laboratoire tourné principalement vers la recherche et le diagnostic de maladies infectieuses équines, emploie de trois à quatre vétérinaires militaires seulement. Menacé de disparition, contraint de déménager à plusieurs reprises, le ministère de la guerre décide pourtant de pérenniser cet établissement. Nous nous proposons donc de comprendre comment une telle structure, à la dimension et aux effectifs aussi restreints, a réussi à survivre et à prospérer dans l’environnement économique et scientifique difficile de l’entre-deux-
guerres. Dans une première partie nous présenterons les conditions qui ont permis la création, le fonctionnement et donc l’institutionnalisation du LMRV en tant qu’établissement autonome. Le deuxième chapitre, de nature
biographique, s’intéressera aux vétérinaires militaires qui ont contribué à la notoriété de celui-ci. Enfin, la troisième partie sera consacrée à l’œuvre scientifique et technique accomplie par le laboratoire durant plus de
vingt ans.

Lire l’article complet

Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2017, 17 : 129-185

Ce contenu a été publié dans 2017, Administration, Bulletin 2017, Contemporain, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire