Les ovins du Bas-Berry face à la fasciolose hépatique, fin XVIIIe – milieu XXe siècle

Nicolas BARON

Professeur agrégé d’Histoire-Géographie au Lycée Curie (Châteauroux)
23, rue Berlioz 36000 Châteauroux
nicolazig@gmail.com

Adoptant le « point de vue animal » conceptualisé par Éric Baratay, cet article s’efforce de reconstituer le vécu des ovins de l’Indre confrontés à la fasciolose hépatobiliaire entre la fin du XVIIIe s. et le milieu du XXe s. en s’appuyant sur les archives locales et en les mettant en relation avec les publications des vétérinaires, des zootechniciens et des éthologues. Les « bêtes à laine », qui ont constitué un cheptel très nombreux et un pilier essentiel de l’économie bas-berrichonne, furent longtemps sous la menace de maladies pénibles et destructrices. La progressive et inégale amélioration de leur état sanitaire sur cette période tient bien plus aux progrès des conditions d’élevage et à la prophylaxie qu’à des traitements encore balbutiants et reste, dans tous les cas, soumise aux ressources financières des éleveurs. À travers l’étude de l’animal souffrant se dessine, au final, les grandes lignes d’une condition animale.

Bull-soc-fr-hist-med-sci-vet-2014-06

Ref. : Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2014, 14 : 111-121

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2014, Moderne, Mouton et chèvre, Parasitologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire