L’histoire des vaccinations. 1ère partie : de la variolisation à la vaccination

Par Hervé Bazin, Docteur vétérinaire, Docteur ès Sciences, Professeur émérite de la faculté de Médecine de l’Université de Louvain, Membre de l’Académie vétérinaire de France, Adel. herve-marie.bazin@wanadoo.fr

Communication présentée le 12 mai 2012

La lutte de l’homme contre les maladies infectieuses a pris deux orientations majeures. D’une part, l’hygiène avec surtout la distribution d’eau potable, l’épuration des eaux usées, l’isolement des sujets malades ou suspects de l’être des sains. D’autre part avec les inoculations préventives : variolisation et vac-cination. Ces dernières seront prises en compte. L’identification de maladies caractéristiques comme la rage, la variole ou la péripneumonie des bovins a conduit à s’apercevoir que certaines ne récidivaient pas et pouvaient, avec succès, être transmises naturellement ou inoculées artificiellement à des sujets sains qui acquéraient de ce fait la propriété très intéressante de la non-récidive de cette maladie.

Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2012, 12 : 133-149

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2012, Maladies contagieuses et vaccination, Moderne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire