L’histoire des vaccinations. 3e partie : l’industrialisation de la production des vaccins

Par Hervé BAZIN*

*Dr vétérinaire, Dr ès Sciences, Pr émérite de la faculté de Médecine de l’Université de Louvain, Administrateur scientifique principal de la Commission européenne (e.r.), Membre de l’Académie vétérinaire de France, email herve-marie.bazin@wanadoo.fr

Communication présentée le 16 novembre 2013

Les succès des vaccins comme ceux de la vaccine pour la variole, des vaccins Salk, Lépine ou Sabin pour la poliomyélite, ou encore du vaccin contre la peste bovine, ont permis d’éradiquer la variole et la peste bovine et de diminuer sensiblement les catastrophes causées par le virus poliomyélitique. Cependant le passage d’un emploi limité des vaccins à un usage plus étendu a conduit à améliorer leurs productions, aussi bien en qualité qu’en quantité et qu’en coût. Cet exposé souligne le rôle majeur qu’ont tenu les professeurs
Herman Frenkel et Charles Mérieux en instaurant les cultures cellulaires de grandes capacités et en permettant la distribution massive de vaccins lors de campagnes contre des épidémies ou des épizooties. Ainsi certaines maladies ont-elles été réduites (poliomyélite) ou même éradiquées (variole, peste bovine).

Bull-soc-fr-hist-med-sci-vet-2013-04

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2013, Contemporain, Maladies contagieuses et vaccination, Moderne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire