Pathologie ovine en Sologne : la cachexie aqueuse et la maladie rouge, deux maladies qui ont marqué les esprits (XVIIIe-XIXe siècles)

par Bernard Heude, Docteur vétérinaire, docteur en histoire, Adel. bernard.heude@orange.fr

Deux maladies des bêtes à laine marquent les esprits des habitants de Sologne au XVIIIe siècle et les inquiètent singulièrement, car elles provoquent de fortes mortalités dans les troupeaux, la principale richesse de cette contrée particulièrement humide. La première affection est la « cachexie aqueuse » ou « pourriture ». Elle est un véritable fléau pour les éleveurs, d’autant plus que les traitements sont inefficaces. Cette maladie est appelée distomatose depuis les années 1870 quand les scientifiques ont déterminé avec certitude son origine parasitaire. La seconde affection est la « maladie rouge » ou « maladie de Sologne ». Elle semble apparaître au début du XVIIIe siècle et elle est perçue comme bien plus mystérieuse que la précédente, les Solognots ne lui trouvant aucune explication, ni traitement. Cette maladie relâche progressivement sa pression au cours du XIXe siècle, pour disparaître au début du XXe, sans que son étiologie soit élucidée.

Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2011, 11 : 43-59

Ce contenu a été publié dans Bulletin 2011, Espèces, Moderne, Mouton et chèvre, Parasitologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire