Quand la rage sévissait dans le sud du pays toulousain à la veille de la révolution

Jean-Luc LAFFONT

Maître de conférences en Histoire moderne
Centre de Recherches sur les Sociétés et Environnements Méditerranéens (CRESEM), EA 2984
Université de Perpignan-Via Domitia, Département d’Histoire, Faculté des LSH
52, avenue Paul Alduy, 66860 Perpignan cedex
jean-l.laffont@wanadoo.fr

Un nouvel état des connaissances sur l’épidémie de rage qui a sévi en France dans le courant de la seconde moitié du XVIII e siècle focalisé sur le sud du pays Toulousain (ou Bas-Comminges) à la veille de la Révolution permet, grâce à l’apport de nouveaux matériaux documentaires, de constater que cette zone fut la partie du Midi toulousain la plus précocement touchée, la plus largement et la plus durablement infestée entre 1778 et 1786,
quoique de façon sporadique, par le mal hydrophobique. Ce dernier effraya les populations tout en suscitant des réactions rapides de la part des pouvoirs publics, dont l’efficacité reste cependant impossible à déterminer.

Lire l’article complet

Ref. : Bull.soc.fr.hist.méd.sci.vét., 2015, 15 : 7-17

 

Ce contenu a été publié dans 2015, Chiens et chats, Epidémiologie, Le bulletin 2015, Maladies contagieuses et vaccination, Moderne, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire