Un mystère : la technique de conservation mise en oeuvre par Honoré Fragonard pour créer ses fameux écorchés

par Christophe Degueurce*, Sung Vo Dhui**, Jean Bleton**, Paulette Hugon***, Laure Cadot**** et Alain Tchapla**
* Musée, Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort cedex. Adel : cdegueurce@vet-alfort.fr.
** LETIAM, IUT de l’Université Paris XI, Plateau du Moulon, 91400 Orsay.
*** Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, 29 rue de Paris, 77420 Champs-sur-Marne.
**** Restauratrice, Paris. Adel : laure_cadot@yahoo.fr.
Communication présentée le 16 février 2008.

Cette étude envisage les techniques utilisées par Honoré Fragonard pour créer et préserver (principalement des insectes) les corps écorchés d’animaux ou d’êtres humains. La première partie résume les modalités de préparations anatomiques sèches à l’époque de Fragonard, selon les sources bibliographiques contemporaines : choix et préparation des corps puis injections des différents organes et tissus (ex : muscles, nerfs, systèmes veineux et lymphatique, placenta etc.). La seconde partie donne des détails sur les particularités et les variantes des techniques mises en oeuvre par Fragonard pour créer ses Ecorchés : choix des sujets, mise en évidence par injections des différents organes et tissus, momification, séchage et vernissage. Ces informations originales ont été obtenues par une analyse chimique approfondie des traces de produits existant encore dans les Ecorchés examinés au Musée d’Alfort.

Bull.Soc.Hist.Méd.Sci.Vét., 2008, 8 : 40-57

Ce contenu a été publié dans A-F, Anatomie, Biographies, Bulletin 2008, Enseignement, Histoire de la profession, L'association, Personnalités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire